Tambours ( chamaniques) … potentiel et précautions

Tambours ( chamaniques) … potentiel et précautions

« Chacun de nos mouvements, chacun de nos gestes représente un son dans le monde invisible où, sans s’en douter, l’homme produit parfois des bruits effrayants. Avec des gestes brusques, désordonnés, incohérents, il déchaîne des tempêtes et des ouragans qui détruisent tout sur leur passage. Avec des gestes harmonieux, il crée des sons pareils aux murmures des sources, aux chants des oiseaux dans la forêt, aux chuchotements du vent dans les feuillages, il embaume l’air d’un parfum de fleurs. » Omraam Mickhaël Aïvanhov

La mode des tambours chamaniques est à son apogée. Elle ne va pas faiblir tout de suite, car elle procure des sensations et émotions fortes, rapidement, permettant d’atteindre des états très gratifiants pour l’ego, seul, ou surtout en groupe. Et puis elle fait partie d’un système économique.

Or les couches qui sont atteintes, traversées, exprimées, remuées sont souvent reliées aux couches émotionnelles et mentales individuelles et collectives. On se relie et entretient des couches profondes, archaïques de l’humain, et pas sous ses plus nobles aspects. On reste souvent dans les premières strates de la spirale dynamique décrite par le Dr Claire W.Graves.

Sans le savoir, on peut ainsi se relier à tout et n’importe quoi ! (Mitakuyé Oyasin signifie quelque chose comme «on est tous reliés»). Les mondes invisibles (innombrables) sont peuplés des créatures les plus diverses, bien au delà de ce que notre imagination pourrait concevoir. Si l’on en reste «uniquement» à l’inconscient collectif généré depuis des générations et des générations, il y a déjà fort à faire. Oui, le sublime, le merveilleux, la beauté sont présents en chaque instant, pure manifestation de la Vie. Et aussi toute la m…. accumulée qui ne demande qu’à profiter de la plus petite ouverture pour se manifester. Et c’est ce qui peut se passer.Bon nombre de réels chamanes pourraient en attester. Et il ne s’agit pas alors de négliger quoi que ce soit: par inconscience, on peut provoquer plus de dégâts qu’on ne le supposerait. Les parois sont de plus en plus minces de jour en jour.

Voici quelques questions qui adviennent alors : comment être conscient de ce à quoi je me relie, ce que j’entretiens ? Comment savoir qui pilote (mon corps, la mailloche, le tambour, mon esprit…) lorsque l’état de transe s’amplifie ? Comment être lucide dans la transe, dans le rêve ?

Le tambour est un formidable moyen d’expression, facile à manier apparemment, une mailloche, une peau et Boum ! Et Boum et de plus en plus vite et de plus en plus fort …  (relisons la citation du début de ce bref article). Réapprenons la grâce et la subtilité, sur le chemin de la Beauté. Le tambour est un instrument de musique qui peut se révéler très subtil, permettant d’approcher des mondes purs, si tant est que nous soyions suffisamment débarrassés (en partie) de nos obscurcissements.

Il est utilisé en cérémonie, en concert. En tant qu’instrument de musique, il produit des sons (on est d’accord ?). Or il peut produire une multitude de sons lesquels viennent « informer » tout ce qu’ils rencontrent sur leur passage (du matériel au subtil, ce qui est pareil étant donné que les corps physiques les plus denses sont constitués de beaucoup beaucoup de vide et d’un peu d’énergie/matière). Nous avons la faculté de produire de l’harmonie (ou de nous relier à des sources harmonieuses) ou des troubles. Les rythmes quant à eux sont des codes très particuliers, qui peuvent ouvrir ou fermer bien des portes, des espaces. 

Les sons sont emplis d’informations et sont constitués de plusieurs paramètres (durée, intensité, hauteur, ) et leurs prolongements harmoniques sont essentiels et riches d’informations. Les questions sont liées à percevoir, entendre, à travers nos sens, c’est une première étape. Puis les sons subtils, les chants de guérison, les sons de la nature… Puis de passer au delà de cette conscience illusoire et limitée.

La question du soin est évidemment à soulever : bon nombre de personnes qui ont un tambour veulent soigner les autres. Je ne développerai pas ici le propos, mais les questions liées au soin sont nombreuses et touchent évidemment à la relation à soi, à l’autre, à l’univers. Qu’est ce que le soin ? Qu’est ce qui soigne ? Comment se relier à des sources de soin fiables ? Pourquoi soigner l’autre, à tout prix ?

Et si l’une des questions fondamentales (mentales) ou essentielles (est-ce en Ciel ?) est toujours « Qui suis je ? » une fois cette découverte effectuée (il faut parfois un peu de temps et bien des illusions) , le sens de la mission de vie se dévoile en elle même, l’action juste, la pensée harmonieuse, et l’accès à la non dualité s’ouvrent. Cela dure une fraction de seconde, quelques minutes, puis tout est à recommencer, à l’épreuve du quotidien. Comment se relier aux réalités lumineuses, pour se ressourcer ? (pendant très longtemps, s’en imbiber et se laisser transformer).

Et tout le monde n’est pas fait pour animer une cérémonie aux tambours chamanique, d’autant sans formation solide et durable (il faut du temps pour faire un bon pâtissier, un bon mécanicien, un bon musicien … c’est le chemin de plusieurs mois, années … Cela étant, on peut s’amuser avec un tambour, jouer de la musique et la partager !

J’ai vu des « plaisanciers du dimanche » qui s’étaient achetés un beau voilier. C’est en accès libre, et sans permis. Et je les ai vus ne pas savoir s’amarrer à un quai sans provoquer des dégâts à leur bateau et à ceux des voisins, se faisant parfois très mal en tentant de sauter à quai et stopper le bateau sans précaution… lorsqu’ils étaient arrivés à rentrer dans le port, et à affaler les voiles! D’autres s’étaient échoués sur un banc de sable, d’autres encore étaient pris de panique parce que le vent forçait.Le vent, les éléments et la matière sont très puissants! Il faut du temps d’apprentissage pour peu à peu apprendre à naviguer. Choisissez vos enseignants, vos groupes d’apprentissage et ne jouez pas à l’apprenti sorcier … vous vous feriez balayer un jour ou l’autre !

Je souhaite à chacune et chacun de nous le meilleur, en lumineuse conscience.

Alain Désir

Ce contenu a été publié dans Formation Processus Cercles de Tambours, l'empreinte du geste, les cercles de tambours, sons. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.