Rêver, pourquoi faire ? (part1)

Les Rêves sont présents chez tous les êtres humains. Tous les êtres humains rêvent. Que ce soient les rêves lorsque nous sommes endormis, les yeux clos, le plus souvent la nuit ou que ce soit le jour, en étant « réveillé ». Tout ce qui est sur Terre serait le résultat d’un Rêve ou de plusieurs Rêves. Même les montagnes, les forêts et les océans. Pour ces 3 derniers, a priori ce ne sont pas les humains qui les ont créés. Ce serait plutôt d’autres êtres, d’autres esprits qui leur aurait donné vie et forme.

« Avec nos pensées nous créons le monde » est l’une des paroles des enseignements de Bouddha. Nos pensées ont le pouvoir de créer la réalité dans laquelle nous évoluons. Ainsi, il y a des Rêves individuels, des rêves collectifs (Rêves d’une famille, d’un clan, d’un club, d’une nation …). Par « rêve » ici, il faut comprendre toute sorte de forme, d’organisation de la vie manifestée ou en devenir. Un rêve commence dans l’esprit d’une personne ou d’un groupe. C’est donc une simple trace spirituelle au début. Elle peut être teintée d’émotion, de notre personnalité, et des pensées qui peuvent accompagner la pensée-rêve. Puis pour devenir « réel », il s’ancrera dans la matière, sur le plan de son incarnation. Le rêve-maison, pour être réel a besoin à un moment de personnes qui bâtissent la maison avec des matériaux. Ou que la maison ait été déjà construite et que la rencontre s’effectue. Le Rêve-de-la-Paix-sur-Terre, requiert l’union de dizaines et milliers de Rêveurs afin que ce Rêve puisse s’incarner et trouver toute sa place. Les actes à poser peuvent être très divers : méditations, chants, danses, prières, législation, désarmement … Cela étant ce rêve passe aussi par une phase de conscience individuelle et de transformation et pacification intérieure.

C’est en rêvant que notre monde s’est construit : les maisons sont nées, les voitures, les Arts, les routes, les instruments de musique …

Les peuples premiers (et on peut inclure aussi d’autres personnes qui vivent dans des contextes plus industrialisés), accordent de l’importance à leurs Rêves, jusqu’à prendre les décisions de leur vie quotidienne ou future grâce aux enseignements des Rêves. Certains peuples sont ainsi des spécialistes des Rêves. Ils ont ainsi développé une « technologie spirituelle » qui leur permet de placer leur conscience sur la gamme de fréquences des Rêves et ainsi pouvoir y cheminer, voyager pour y explorer des réalités « non ordinaires », qui pourront avoir un impact sur la réalité « ordinaire ».

Ils ont aussi développé cette capacité à retourner dans certains de leurs rêves, afin d’en comprendre les enseignements, en voir tous les aspects ou les principaux, et pouvoir ainsi les intégrer dans leur vie. Ils peuvent également rêver collectivement, unir leurs esprits pour un rêve particulier. Ce que nous faisons aussi parfois, plus ou moins consciemment. Il y a aussi les synchronicités, qui sont la rencontre de deux Rêves, notamment.

On peut rêver pour soi, pour l’autre (avec son accord), on peut rêver pour soigner. Parmi les pratiques chamaniques, il y a une grande part qui est ouverte sur les pratiques de Rêves, de voyages.  On peut ainsi expérimenter pour soi, puis peu à peu apprendre pour accompagner d’autres personnes puis enfin, en transmettre les techniques et principes de base. Les voyages chamaniques font appel à un référentiel particulier, des procédures et un environnement qui les rendent sûrs, efficaces et utiles. Dans les voyages chamaniques on va faire appel consciemment à d’autres êtres, à travers leur esprit et leur énergie. Dès qu’il s’agit de soin, on va travailler avec des esprits qui nous accompagnent, et ici les esprits des animaux sont déterminants de par l’aide indispensable qu’ils offrent à la personne qui voyage ou soigne. On fera appel à un animal-esprit dît Totem, ainsi qu’à des esprits-animaux alliés, que nous aurons rencontré, avec lesquels nous aurons établi un lien énergétique et spirituel. Ainsi accompagné, nous pouvons alors effectuer des voyages sécurisés pour nous même dans un premier temps, pour reconnaître des parties de soi, les réactiver si elles sont nécessaires, nettoyer des mémoires de blessures ou souffrances; nous pouvons rapporter de l’énergie-conscience de ces rêves afin d’en intégrer les bienfaits pour soi.

On peut aussi visiter ou revisiter un lieu, une époque, en entrant par « une porte de Rêve. On peut ainsi visiter des mondes ou des portions de monde, à mesure de notre apprentissage. Bien évidemment, dans un premier temps nous irons visiter exclusivement des lieux qui nous sont immédiatement bénéfiques (On ne va pas commencer par sortir le voilier par tempête).  Cela étant si le vent se renforce et que l’océan grossit, on peut toujours rentrer  les voyages spirituels bien accompagnés permettent une rentrée sûre et rapide), ou bien se mettre à la cape  (face au vent, voiles affalées), ce qui permet d’observer et sentir (toujours en étant bien accompagné au début).  Nous pouvons visiter des lieux ressources dans différents mondes afin d’en recevoir des énergies-visions-perceptions et aussi afin de communiquer, dialoguer. Il y a bien sûr bien de nombreuses autres applications aux voyages chamaniques.

Parmi celles-ci les voyages de récupération d’âmes. Si l’on considère notre vie depuis son début, en une succession de cycles, nous avons vécu des traumatismes, des blessures ou en avons provoqué. Nous avons pu dans ces circonstances, taire une partie de soi ; c’est comme si l’une des facettes du diamant de notre esprit ne brillait plus, était ternie. Nous pouvons reconquérir le pouvoir de cette facette, et le ré intégrer pour mieux vivre, plus pleinement.

L’une des bases pour la réussite de ces rêves est la conscience : être conscient, au présent. Pouvoir développer notre attention aux choses et au monde, à travers nos sens. Tout en sachant que nos sens nous donnent une perception filtrée du réel, un peu comme le film qui est projeté sur l’écran de cinéma. Si l’on change de bobine (bon, ok maintenant les salles sont équipées en numérique, il n’y a plus de bobine de film), ce qui se passe sur l’écran change. Si nos projections changent, notre perception du monde change et nous ne vivons plus la même réalité. La qualité du matériel de projection est importante aussi : en l’occurrence savoir utiliser nos sens, nos perceptions, de façon subtile, connaître notre esprit. C’est lui le maître. C’est lui qui est en lien directe avec  » ce qui n’est pas soi ». Car la Lumière du projecteur quant à elle, est toujours identique. L’important est donc de savoir être posé et attentif, sans se laisser tromper par nos sens, ou par l’interprétation que nous en faisons. Dans les voyages chamaniques, on apprends à être conscient également dans le Rêve. Au début, l’un de nos sens sera peut être privilégié, et on pourra même avoir l’impression de ne rien rapporter comme trace de rêve … pourtant il y a toujours quelque chose … une sensation, un mot, une couleur, un reflet, un son …

Nous avons parlé des capacité de l’esprit. Il y a évidemment sa manifestation terrestre : le corps. Le corps est notre base, et le lieu de nos capteurs. Un corps stable, souple, plein, dynamique constitue une bonne base de déploiement pour notre esprit. Il est essentiel de bien l’entretenir et le connaître afin que les deux aspects – corps et esprit – puissent cheminer ensemble.

Lors des retraites d’été et d’automne nous utilisons notre capacité de rêveur et rêveuse, pour aller vers la réalisation de qui nous sommes. Car les pratiques de rêves et de voyages chamaniques ne sont pas une fin en soi, mais des moyens d’accéder à notre humanité et à se placer dans perspective de notre accomplissement, celui de l’Etre. Certains participants utiliseront ces pratiques de Rêves pour eux, d’autres pour d’autres personnes, d’autres les transmettrons et enseigneront.

Le tambour sera l’un de nos compagnons de route sur la voie du Rêve, ainsi que d’autres instruments. Nous apprendrons à utiliser les qualités du tambour pour nous accompagner dans l’exploration de nos rêves.

Rêver pourquoi faire ? Pour être et depuis ce placement de la conscience, se déployer et incarner nos Rêves !  Bons voyages à chacune et chacun et joyeuses incarnations ! A bientôt, chaleureusement, Alain Désir Juin 2018

Il y a une suite à cet article  ICI

Ce contenu a été publié dans Formation Processus Cercles de Tambours, l'empreinte du geste, sons. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.