Jouer avec son tambour

Votre tambour a besoin de quelqu’un pour jouer  : vous !

Vous alogo 1vez construit votre tambour pendant un stage de un à trois jours, vous êtes reparti(e), très ému(e) avec votre tambour et sa mailloche chez vous. Il est resté sur une étagère sans jouer pendant des mois. Ou bien vous avez tenté de rejouer seul(e) après l’initiation qui vous a paru magique et là c’est différent ? Ou encore, vous jouez tous les jours et vous trouvez ça génial !

Je vous propose le temps d’un atelier, d’un stage ou d’une formation de faire plus ample connaissance avec votre tambour, en fonction de son utilisation. Le tambour peut être instrument de musique ou partenaire de soins, on peut lui transmettre des informations vibratoires, conscientes, énergétiques pour qu’il devienne un bon partenaire de voyage, de soins, d’appel, de chant, de danse, de rite ou rituel.

Il s’agit de prendre (ou de renouveler le) contact physiquement, par le toucher, le regard, tous nos sens éveillés. Sentir les différentes façons de jouer avec lui pour entendre ses sons, (basses, aigus, multiples résonances, harmoniques …) sa musique, sa parole et les espaces auxquels il peut nous relier. Apprendre à sentir quelques rythmes simples, tenir un tempo, pour entrer peu à peu dans l’espace du son et devenir familier avec lui. Entrer dans une perception fine qui vous permet de reconnaître les moments de passage, les ouvertures à d’autres possibles, les interactions avec l’invisible, tout en restant en lien avec la ou les personnes avec ou pour lesquelles vous jouez.

Si il a été construit rituellement, avec un bois choisi, une peau animale, alors vous pouvez vous reconnecter avec l’animal, sa nature, son milieu de vie  et peu à peu, entrer en fraternité ou en amour avec votre tambour, fidèle partenaire lors des partages de chants, de soins.

Si vous souhaitez l’utiliser pour des soins (d’autant si c’est pour des personnes qui viennent en consultation), il y a des précautions à prendre si vous avez l’idée d’aider cette personne. Il y a des protections à poser, un rituel (le votre ou celui qu’on vous a transmis) à mettre en oeuvre, ça c’est pour le cadre du soin. Et puis il y a l’accompagnement de la personne, de l’être humain qui est là. Il ne s’agit pas de lui donner vos projections et des conseils mais d’entrer dans une écoute sincère et juste de la relation, de son être. Ce qui suppose de bien se connaître soi même. Il s’agit plutôt de l’accompagner dans son cheminement intérieur, son ressenti, ses schémas et perceptions. Tout cela constitue un apprentissage qui va au-delà de quelques jours de stage ou d’initiation, comme vous pouvez vous en douter. Soyez modestes dans votre approche, conscients de ce dont vous êtes capable à un moment, en fonction de vos expériences passées.

Si vous avez un tambour en peau synthétique, vous pourrez également jouer avec les résonances, les harmoniques et trouver les points de reliance avec d’autres champs énergétiques, en fonction de votre sensibilité.  Prenons contact !    Alain Désir

IMG_1039

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *